2020

Forcément si 2020 a commencé dans une rave party à Tottenham sous le signe d’un ballon girafe, il fallait s’attendre à tourbillonner dans l’espace les mois suivants. Des toilettes préfabriquées, les bleues et blanches en plastique, comme dans les festivals. Elles semblent si fragiles, si légères, elles tanguent lorsque je ferme le verrou de la porte. Ça me dégoute un peu de toucher quoique ce soit dans ces toilettes mais j’y peux rien, j’ai pas le choix, alors je repousse la porte avec ma phalange et je presse la chasse d’eau avec la semelle de ma Dr.Martens. Il n’y a pas l’eau courante, pourtant il y a une fine flaque sur le sol, je ne sais pas d’où elle provient mais je crois qu’elle peut m’engloutir. Une véritable aventure à revivre indéfiniment durant la soirée. Et encore je ne te parle pas de la queue que je dois faire pour attendre mon tour, l’enfer sur terre. À me dandiner sur place, pour éviter de m’uriner dessus. Elles sont toutes pareilles que moi les filles dans la queue. On s’aime toujours un peu plus quand on se rencontre dans la queue des toilettes d’une soirée, le désespoir ça rapproche. Cependant, lassée de me faire de nouvelles copines à chacun de mes périples, je décide de changer de tactique et je me dirige vers la porte d’entrée de l’entrepôt désaffecté, gardée par deux agents de sécurité. Adorables au demeurant. Je leur demande si je peux sortir et revenir dans deux minutes. Ils me tamponnent le poignet et me voilà dans la rue, déserte, fraîche, silencieuse. Je m’accroupis entre deux voitures, tout en bataillant avec mon body. Quelle stupide idée de porter un body en soirée, et puis en plus j’ai mis un autre teeshirt par dessus donc on ne le voit même pas. Inutile. Donc je bataille avec mon body en coton, et là j’entends du bruit. Mais le bruit est étouffé. Il provient d’un bâtiment derrière mon dos, un autre entrepôt mais à priori occupé, celui-ci. Une fenêtre est entrouverte tout en haut du mur de briques. Je me concentre pour entendre le bruit plus distinctement, et je jette un million de regards autour de moi, quand même, je surveille. Et là j’entends le bruit de nouveau, c’est une musique, et des gens chantent. Mais ce n’est pas la rave, non la rave ne chante pas. Ça sonne comme du gospel. Mais oui c’est ça, c’est un chant religieux, joyeux et entraînant. Et à chaque fois que je sors de ma rave, je participe un peu à leur soirée à eux, en secret, sur mon bout de trottoir cachée derrière le pare-choc arrière d’une voiture. Encore une fois, personne ne m’a crue quand je suis rentrée dans mon entrepôt désaffecté, tout le monde pensait que j’avais trop bu ou un truc du genre. Mais je disais la vérité, la Stella ne me donne pas d’hallucinations, il est trois heures du matin et des gens chantent du gospel à Tottenham la nuit du nouvel an. Et moi j’allais retrouver ma girafe, et en dessous ceux avec qui j’étais venue en Uber en prenant l’autoroute. Bah oui forcément à commencer comme ça, l’année 2020 allait être un peu insolite.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s