La femme-île 

C’était une femme-île où tout avait cramé car elle a dynamité le seul pont qui la rattachait à la rive du monde. Parfois elle essaie encore elle essaie de construire des ponts de singe entre elle et les autres. Mais certains sont faits à la va-vite alors ils sont instables ils se cassent la gueule. Elle a manqué de se noyer une fois deux fois trois fois en grimpant dessus ils ont lâché d’un coup comme ça sans prévenir. Les larmes lui en sont venus à l’improviste elles aussi. On lui a dit qu’on viendrait bien la chercher en ramant qu’on la mettrait dans cette petite barque pour l’emmener sur l’autre berge mais on n’est jamais venu la chercher. Fallait bien lire, tout était au conditionnel. On ment on ment par confort par faiblesse par ennui par politesse. On est tiède comme l’eau de ses larmes quand elle chiale comme ça sans raison quand elle chiale devant un maître et son chien car ils sont si bien assortis ces larmes à travers lesquelles toute la journée toute la nuit elle attend et fixe l’autre rive qu’on embarque comme promis. Elle fixe tellement qu’elle en a mal aux yeux. Elle pourrait rester là devant les fenêtres qu’elle aperçoit depuis un coin de son île car au moins elle sait toujours où regarder à tracer les grandes lettres S T U P I D E sur la poussière du sol. Au conditionnel. On peut faire beaucoup de choses au conditionnel. Mais on ment on ment par jeu par bêtise par honnêteté et elle a honte honte d’elle honte de croire tout ce qu’on lui dit honte de ses bouteilles à la mer. Elle préfère encore fumer tiens assise sur les braises ardentes de son île plutôt que de repenser à ses embarrassantes bouteilles au moins ça n’engage qu’elle. L’existence est toute biscornue d’un coup elle a froid malgré la trentaine de degrés sur le thermomètre elle frissonne et elle n’essuie même plus son nez qui coule il séchera comme le reste comme les larmes de crocodiles qui tombent toute seules comme le coeur qui s’ennuie comme la peau qui mue. C’est un tel gâchis d’être une femme-île, sur laquelle tout est en feu.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s