J’ai marché dans l’herbe haute brûlée par le soleil, après avoir traversé le pont au cornichon. Il y avait un petit bateau qui passait avec, sur sa coque avant, un chien blanc. Il ressemble étrangement à George the dog. Ce chien que tout ceux qui ont un jour arpenté le quartier de Shoreditch connaissent. Je tenais mollement le guidon de mon vélo, habituée des environs, je ne prêtais pas vraiment attention à là où j’allais ou au chemin que j’empruntais. Je portais ma petite combinaison bébé kodak, comme elle disait, celle rayée bleu marine, rouge et blanc. J’ai brossé mes sourcils, ils paraissent plus fournis. Juste au cas où. Au cas où quoi? Juste au cas où je me retrouve dans une situation où je me dis « j’aurais dû brosser mes sourcils », ça peut arriver. Prévoir le coup, toujours. Alors mes sourcils brossés et moi on a posé notre vélo au milieu des orties, que je brave en simples birkenstock, les pieds autrement nus. Peu importe les orties et les ronces, j’avance vers les grands sureaux pour en cueillir les fleurs blanches. Un pote chef m’a montré la fleur correcte à trouver, pour éviter de m’empoisonner avec une mauvaise plante, comme le mec dans Into the Wild. Film qui m’a énervée par ailleurs, pour son hypocrisie, et pour bien d’autres raisons que j’ai depuis oubliées. Je range les gens dans deux catégories bien distinctes : ceux dont Into the Wild est l’un des films favoris, et les autres. C’est sûrement très réducteur mais il faut bien organiser le monde autour de soi, lui donner une grille de lecture, des bons et des mauvais points. Alors oui ce film à la con c’est un très mauvais point. Mais tout peut être sauvé par la combinaison d’un bon signe astrologique et de son ascendant. Le signe lunaire est un plus, mais soyons sérieux, peu de personnes connaissent leur signe lunaire. Et encore moins ce qu’il représente, c’est-à dire, les émotions, les peurs, les humeurs, les obsessions et j’en passe. Le mien est en gémeaux, et ça c’est bien le bordel. C’est moi quand je suis toute seule dans mon lit et que je n’arrive pas à dormir à trois heures du matin, c’est moi quand je panique en attendant un message, c’est moi quand finalement je reçois ce message mais que ce n’est pas ce que j’espérais, c’est moi quand je rigole toute seule, c’est moi quand j’ai une boule d’énergie dans le coeur, c’est moi quand j’ai une épiphanie. Ça cogite, ça s’adapte à tout et tout le monde, ça mute, ça part dans tous les sens. Je n’ai pas de crise d’adolescence, ni de crise des 25 ans, non plus celle des 30 ans, des 40 ans et j’en passe, mais une crise continuelle, à chaque seconde de mon existence. Tout est possible, tout est contingent, tout peut se passer ou non, et ça, ça donne le tournis. J’y pense, brosser mes sourcils, c’est si trivial, si commun, mais brosser mes sourcils c’est l’une des choses que je peux contrôler, tout en gardant ma lune en gémeaux.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s