Le bébé mandragore
crie aux aurores
déraciné de son utérus
dont il ne reverra jamais
jamais l’obscurité
La fille aux mille dieux
pour qui je veux bien
fixer un pendule et
déverrouiller les coffres,
les placards et les armoires
de ma mémoire
Les arcs dans le ciel
jaune, rouge et bleu,
violet, Violaine
dans un tunnel
L’humanité grouillante
des asticots, des bactéries,
nécessaires à la survie
dégueulasse
qui dégouline
se reproduit
encore
Les roses fanées
qu’il ne faut pas garder
car elles portent malheur
exceptées entre les pages
d’un vieux livre moisi

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s