L’arbre qui faisait de l’ombre

Tu as peur de l’ombre que projette l’arbre dans ton coeur. Celui qui cache la lumière du soleil quand tu es assise sur le perron. Pourtant c’est toi qui l’a planté, cet arbre, qui a creusé la terre meuble en retournant l’herbe à coups de bêche. À l’époque c’était un tout petit arbuste, avec lequel tu jouais, en tordant ses branches. Tu le regardais de haut, penchée sur son corps frêle, jusqu’à ce qu’il pousse, jusqu’à ce qu’il grandisse, plus grand que toi, plus haut que ton crâne. Cet arbre dans lequel tu menaces de disparaître quand tu es fatiguée, que tu as peur ou que tu pleures. Cet arbre que tu emportes dans ton sac à dos à Bristol ou sur les côtes méditerranéennes. Cet arbre qui semble mort l’hiver, sec et rêche mais qui ressuscite à chaque printemps, comme si son âme le quittait mais revenait toujours. Tu as peur de te perdre, de perdre la face ou qu’il n’y ait pas de pile de l’autre côté de la pièce, que l’ombre de l’arbre t’engloutisse dans un calin d’obscurité, pourtant tu t’assieds toujours sur le perron, près de ton arbre, car un jour tu sais que vous deviendrez amis, et tu n’auras plus peur de son ombre.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s