Jour 52 – Mercredi

Dans les marais anglais où se promène l’homme solitaire, sans doute un ornithologue amateur aux vues de ses jumelles, je pédale lentement, entourée de roseaux qui plient mais ne cèdent pas, d’un cygne dans son gigantesque nid de branches sorti d’une fable de La Fontaine ; sur les chemins caillouteux je croise des dames à perruque, et sur le pont enjambant les péniches qui embrassent la rivière, de jeunes adolescents aux mèches bouclées sur leurs tempes. Je vois des chevaux derrière de longues barrières, et une femme explique à cette famille qu’il ne faut pas les toucher, car on pourrait transmettre le virus par cette caresse. Les enfants la regardent la tête penchée, les parents ne répondent pas. J’étais d’accord mais je lui aurais bien expliquer la différence entre pédagogie et condescendance.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s