Tu es le remplaçant, le à-coté,
mais pourtant tu es si important que tu pourrais l’emporter.

Mais je n’ai eu aucune nouvelle de toi,
l’autre, le premier, le seul.
Personne ne peut comprendre
à quel point tu es là.

J’écoutais Julien, France et Michel.
Beaucoup, en roulant, en pleurant, en bougeant la tête.

Il n’y avait rien d’autre à faire.
À part courir, peut-être, loin, très loin,
et m’échapper le long de l’eau et des parcs.
Refuser de rester, d’affronter.

Juste disparaitre peut-être aussi.
Mais ça apparement c’est interdit.
Ça ne se dit.

Alors comment on fait pour continuer?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s