Les détraqueurs tournent leur tête,
à ma fenêtre.

Le temps est lourd,
sur mes épaules,
a fait pleurer le jour
qui passe
qui passe.

Ils me regardent
et je deviens une petite pierre
toute petite pierre
minuscule
comme une fourmi
noire comme la nuit
noire comme les mouches qui
tournent dans ma tête

Et si je la secoue,
elles vont s’envoler dis ?

1 réflexion sur «  »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s