Je pourrais vivre pour toujours, ce serait bien commode.

Je prendrais le train le plus long,
le plus lent,
je voyagerais au dessus des mers,
mille fois le tour de la terre.

Il n’y aurait plus de melons,
que des volcans de confiture,
d’immenses éponges carbonisées
d’où s’échappent l’odeur acide
des framboises boisées.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s