Les monts grognons

Les biches leur ont encore chatouillé les omoplates
et les moutons ont trouvé refuge au creux de leurs coudes.

Les hommes ont trouvé astucieux de les enlacer de routes goudronnées,
jusqu’à dévaler leurs vallées.

Tantôt nus, tantôt poilus,
les monts se transforment à la lumière que l’aurore braque sur eux,
jusqu’à ce qu’ils ferment leurs yeux de crapauds désabusés.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s